Comment calculer les frais de gestion en assurance vie ?

Comment calculer les frais de gestion en assurance vie ?

L’assurance vie est toujours le placement préféré des Français. C’est un contrat passé entre un assureur et un souscripteur par lequel l’assureur s’engage à verser un capital, une rente ou les deux, à un bénéficiaire, moyennant le paiement d’une prime. 

Il existe trois grandes catégories de contrats d’assurance vie et notamment les contrats en cas de vie. Là, ce type de contrat permet la constitution d’une épargne différée et le reversement de celle-ci sous forme de capital ou de rente à la personne assurée (et bénéficiaire en cas de vie) si celle-ci est en vie au terme du contrat ou à la date choisie.

Que sont les frais de gestion de l’assurance vie ?

L’assurance vie est un contrat d’épargne à moyen ou long terme qui peut être investie dans différents supports. Une des caractéristiques communes entre tous les supports est que le contrat supporte des frais de différentes natures.

Les frais sur versements sont proportionnels aux montants versés. Ils sont négociables et sont souvent source de geste commercial de la part de l’assureur. Les établissements qui commercialisent les contrats d’assurance vie (assureurs, banques traditionnelles, néo banques ou banques en ligne) sont libres de déterminer le montant de ces frais. On retrouve sur le marché des taux de frais sur versement allant de 0% à 5% suivant si l’on investit via une banque en ligne ou via un réseau traditionnel.

Les frais d’arbitrage concernent les contrats en unités de compte. Ils s’appliquent de manière forfaitaire ou proportionnelle sur la partie des sommes transférées d’une unité de compte à une autre. Beaucoup plus faibles que les frais sur versements, ils impactent négativement l’épargne acquise à chaque arbitrage. La plupart des contrats en ligne ne facturent pas de frais en cas d’arbitrage. Pour les intermédiaires traditionnels, ces frais sont généralement inférieurs à 1%, rarement forfaitaires et parfois gratuits pour un à trois arbitrages annuels. De leur côté, les banques en ligne assortissent fréquemment leur offre d’une gratuité de ces frais d’arbitrage.

Les frais de gestion de l’assurance vie sont prélevés chaque année sur l’épargne capitalisée, c’est-à-dire sur l’épargne versée, diminuée des frais sur versement et augmentée des intérêts de l’année. Il s’agit d’un revenu régulier pour l’assureur, le banquier ou l’établissement en ligne. Ils sont destinés à couvrir les frais de l’assureur en matière de gestion des capitaux, des tâches administratives et de la relation client.

Le montant des frais de gestion de l’assurance vie est proportionnel au montant de l’épargne gérée. On peut constater une fois encore que les banques en ligne proposent des pourcentages de frais de gestion moins élevés que les assureurs classiques et les banques à guichets. Ces taux sur le marché s’étendent de 0,5% à 1% par an.

Nous avons vu que les montants de ces frais et notamment des frais de gestion de l’assurance vie dépendent du réseau de distribution des contrats. Ils dépendent également de la nature même du contrat. En effet, les frais de gestion seront plus faibles sur un contrat en euro que sur un contrat en unités de compte.

Comment calculer les frais de gestion en assurance vie ?

Les différences entre supports euro et unités de compte en frais de gestion assurance vie

Nous l’avons précisé, nous parlons ici des contrats d’assurance vie en cas de vie, c’est-à-dire de l’assurance vie en tant qu’épargne à moyen ou long terme et non comme outil de prévoyance en cas de décès ou d’invalidité.

En matière d’épargne, que l’on veuille s’assurer un complément de retraite, un capital pour un objectif déterminé ou simplement épargner pour l’avenir d’une manière simple, souple et fiscalement attractive, on se tourne très souvent vers l’assurance vie.

Placement préféré des Français, on peut y investir en effectuant des versements libres, réguliers ou en une fois. Comme dans tout investissement financier et parce que le plus important est de bien identifier et exprimer ses projets, ses préoccupations et ses motivations, le professionnalisme du conseiller financier sera une précieuse aide. En effet, sa bonne connaissance des attentes de l’épargnant l’aidera à orienter vers le choix d’investissement entre les différents supports, en respectant l’équilibre entre le rendement attendu, le niveau de risque accepté et la liquidité souhaitée.

Le support euro

En matière de placement à risque zéro, le bon choix est l’assurance vie support euro. Ce placement sans surprise est intégralement investi en euro, comme s’il s’agissait d’une trésorerie mais à horizon plus lointain. Les frais de gestion y sont plus faibles et calculés différemment que sur d’autres supports. Le principe de revalorisation de l’épargne déposée est celui de l’effet cliquet. Ce qui signifie que les intérêts de l’année sont définitivement acquis d’une année sur l’autre. C’est strictement l’inverse pour le placement en action par exemple, où l’on peut avoir observé de forts gains potentiels (en vendant) et se retrouver quelques mois plus tard en forte perte (en cas de vente).

La gestion de ce type de fonds implique pour les assureurs qu’ils garantissent le capital à tout moment pour les souscripteurs, ce qui les oblige à investir une importante partie de leurs actifs en obligations (rémunération garantie). Et comme en période où l’inflation est très faible, les taux obligataires le sont aussi, cela explique les faibles taux de rendement passés. L’avantage reste que ce type de support est sans risque, avec l’inconvénient que les taux d’intérêts annuels restent peu élevés.

Le support unités de compte

Dans l’objectif de tirer plus de bénéfices de son investissement en assurance vie, on peut s’orienter sur une stratégie de placements multisupports et notamment en unités de compte. Traduction, investir une partie de son épargne assurance vie sur un fonds euro et l’autre partie sur différents supports en adéquation avec son appétence au risque, à ses convictions et à ses valeurs.

Epargner sur un contrat d’assurance vie en unités de compte revient à placer son argent dans des valeurs de référence telles que les actions, les obligations, les SICAV (Sociétés d’Investissement à Capital Variable), les FCP (Fonds Communs de Placement), etc.

Dans ce cas, l’évolution de l’épargne n’est pas garantie par l’assureur mais en contrepartie, l’hypothèse de gains est plus grande que le support euro. Les frais de gestion y sont calculés non pas sur la valeur de l’épargne gérée annuellement mais c’est un pourcentage pris sur le nombre de parts d’unités de compte détenues. Conséquence, l’assureur ne garantit pas le montant de l’épargne mais la quantité d’unités de compte à terme.

Voyons en détail comment sont calculés les frais de gestion des assurances vie en euro et des assurances vie en unités de compte !

Comment calculer les frais de gestion en assurance vie ?

Calcul des frais de gestion en assurance vie support euro

Sur un contrat d’assurance vie en euro, l’assureur garantit un taux minimum de rémunération en début d’année et distribue des participations aux bénéfices au premier janvier de l’année suivante. En début d’année, l’épargne gérée sur le contrat se voit donc augmentée des intérêts et diminuée des frais de gestion. Dans certains contrats, les intérêts étant versés sur le capital au premier janvier de l’année N, le taux de frais de gestion s’appliquera sur le montant de l’épargne au 31 décembre de l’année N-1. 

Dans d’autres contrats, les intérêts sont parfois capitalisés au mois ou à la quinzaine. Le taux de prélèvement des frais de gestion s’appliquera alors au premier janvier de l’année N sur le montant de l’épargne + intérêts détenue au 31 décembre de l’année N-1.

Exemple : 

  • Assurance vie avec 40000 € au 31 décembre N-1. Taux d’intérêt brut versé au premier janvier = 1,6%. Taux de frais de gestion pour l’année N-1= 0,5%. Le calcul se fera ainsi : 40000*1,6/100 = 640, ce qui représente le montant des intérêts bruts (hors prélèvements sociaux).

Puis, 40000*0,5/100 = 200, qui représentent les frais de gestion annuels. On aura alors 40000+640-200 = 40440 € en compte au premier janvier de l’année N.

  • Si les caractéristiques du contrat prévoient une capitalisation des intérêts à la quinzaine, alors au 31 décembre N-1, l’épargne de début d’année a progressé du montant des intérêts acquis au cours de cette année et les frais de gestion seront prélevés au premier janvier N sur le montant de cette épargne.

Calcul des frais de gestion en assurance vie unités de compte

Pour un contrat d’assurance vie en unités de compte, le taux de frais de gestion s’applique sur le nombre de parts des unités de compte détenues dans le contrat. Ce prélèvement du nombre de parts peut être effectué une fois par an, au semestre, au trimestre ou mensuellement.

Pour résumer, le nombre de parts d’unités de compte diminue d’année en année quelle que soit la valorisation annuelle de celles-ci. Il est donc à espérer de fortes valorisations pour compenser la diminution du nombre de parts.

Exemple : 

  • Assurance vie en unités de compte avec 40000 € au premier janvier N-1 soit 400 parts valorisées à 100€. Frais de gestion annuels = 0,75%. La valorisation de l’unité de compte atteint 107€ au 31 décembre N-1. Le calcul des frais de gestion s’effectuera ainsi : 400*107 = 42800 € ce qui représente la valorisation brute de frais de gestion, puis 400-(400*0.75/100) = 397 représentant le nombre de parts au premier janvier de l’année N. L’épargne détenue sur le contrat d’assurance vie sera donc de 397 parts à 107€ = 42479 €
  • Ici encore, la diminution du nombre de parts s’effectue une fois l’an ou de manière fractionnée sur l’année.

 

En résumé, les frais de gestion d’un contrat d’assurance vie ne sont pas négociables contrairement aux frais sur les versements par exemple. Plus faibles sur les contrats en euro qui ne demandent pas une gestion aussi complexe et en continue que les contrats investis en unités de compte, ces frais viennent impacter légèrement un gain brut annuel. C’est surtout la répétition de cette ponction annuelle en nombre de parts ou en euros qui finalement influe sur la réalité de la performance de l’assurance vie sur la durée. D’autant plus qu’une assurance vie est destinée à être conservée de longues années.

Il convient donc de bien comparer les différentes caractéristiques des contrats d’assurance vie et notamment au regard des frais de gestion avant de souscrire.

Comment calculer les frais de gestion en assurance vie ?

Active dans le domaine du marketing depuis de nombreuses années, je suis à la tête d’une entreprise française spécialisée dans l’optimisation des stratégies marketing. Mon engagement pour le marketing se reflète dans mes écrits, où je partage des conseils et des perspectives pratiques basés sur des années d’expérience, offrant ainsi un aperçu approfondi des dernières tendances et techniques marketing.