image de l'annonceur quarkslab

La cybersécurité sur-mesure

Quelles sont les solutions sur-mesure proposées par Quarkslab ?

On est vraiment sur des niches en matière de services, principalement sur de l’analyse d’application, tout ce qui tourne autour du CPU, du processeur. Les clients viennent nous voir soit pour analyser des composants de ce type-là : comprendre comment ça marche, s’il y a des vulnérabilités dedans, est-ce que la cryptographie est réellement bien appliquée ? Deuxième sorte de services que l’on fait, c’est du développement ou de la R&D pour les clients. Ce domaine est l’un des piliers de Quarkslab, un ADN. Globalement, je dirais que les services que l’on fournit sont plutôt haut de gamme. A l’inverse, on essaye de vendre des produits qui sont facilitateurs, et plutôt raisonnables et bas en terme de prix par rapport à ce qui se pratique notamment aux USA. On essaye de fabriquer des produits légers, simples, en faisant en sorte que le client devienne maître de sa sécurité.

Vos clients sont des entreprises et organisations du secteur de la défense uniquement ?

Non, on travaille pour des ministères, mais aussi pour des fournisseurs d’accès internet, pour des banques, pour l’industrie. Il nous arrive de travailler aussi avec des PME de divers secteurs, qui ont besoin d’un coup de main pour sécuriser le modèle qu’elles viennent de développer. Il y en a qui gèrent par exemple le contrôle d’accès dans les bus scolaires, ou encore cette entreprise qui gérait des instruments de mesure en terme d’incidences sur le réseau électrique.

Comment fait-on pour rester en avance en matière de cybersécurité ?

On ne prétendrait pas être toujours en avance sur le domaine même si on essaye. C’est très prétentieux de dire qu’on est en avance. En tout cas, ce qu’il faut, c’est se poser le plus de questions possible. Pour ma part, j’ai toujours travaillé dans la R&D industrielle, parce que la R&D académique manquait de côté pratique, et parfois la R&D industrielle manque d’académique aussi... J’ai eu la chance de pouvoir mêler les deux, et la chance d’acquérir une certaine crédibilité dans ce domaine-là de par mon passé. Du coup, quand je discute avec des clients, on a assez peu de gens qui remettent en cause ce que l’on dit. J’ai par ailleurs la chance d’avoir une bonne équipe autour de moi.


Le développement de Quarkslab à l’international se poursuit ?

Oui, nous sommes en train de discuter d’un partenariat au Japon, et parallèlement, d’ouvrir une filiale en Argentine. Ce sont deux choses différentes. Le Japon, c’est un partenariat avec une entreprise du secteur de la sécurité automobile. Il verra le jour à l’automne. En Argentine, c’est complétement différent, c’est pour une question de main d’œuvre, puisqu’on manque de main d’œuvre expérimentée et qualifiée en France. Et l’Argentine fait partie de ces endroits dans le monde qui disposent d’un vivier de personnes extrêmement compétentes en matière de cybersécurité.

Quarkslab est une start-up française spécialisée dans le domaine de la cybersécurité. Créee en décembre 2011, son chiffre d’affaires 2016 pourrait atteindre les 4 millions d’euros cette année.

photo de fred raynal Fred Raynal, fondateur et CEO

Nous Contacter