image de l'annonceur BLACKSMITH

Startups booster

Présentez-nous BLACKSMITH.

Jean-François Arnaud et moi-même avons créé BLACKSMITH, en fin d’année dernière. L’aventure a débuté après plusieurs années passées au sein de grands groupes et à la suite du lancement de notre première startup (IDEN, générateur d’opérations marketing géolocalisées à destination des grandes marques). De nombreuses startups sont venus nous voir après le lancement d’IDEN pour nous proposer de travailler sur le développement de leur projet, en freelance ou en service contre equity. Nous avons décidé de pousser ce modèle un peu plus loin pour fournir aux startups un accompagnement à 360° par une équipe d’experts. L’équipe BLACKSMITH est composée de 7 personnes et nous serons une dizaine d’ici la fin de l’année.


En quoi consiste votre métier ?

Nous aidons les startups en early-stage à se développer. Bon nombre de startups sont au point mort car elles peinent à séduire les ingénieurs informaticiens dont elles ont besoin. Nous mettons donc notre expertise en la matière, à leur disposition. Notre ADN est très technique. Mais notre offre va bien au-delà puisque nous les accompagnons aussi en matière de stratégie, de management et les aidons à se financer en mobilisant des investisseurs de notre réseau.


Comment l’entreprise se rémunère-t-elle ?

Soit BLACKSMITH entre au capital avec une prise de participation pure de l’ordre de 5 à 25 %, soit la jeune pousse opte pour une formule hybride avec une prise de participation moins importante mais qui s’accompagne de la facturation d’une partie de notre prestation.   


Comment s’opère la sélection des start-ups ?

En un peu plus de 8 mois, nous avons étudié plus de 200 dossiers. A la fin de l’année, notre portfolio comptera une dizaine de sociétés. Nos critères de sélection sont drastiques. Par exemple, nous exigeons un « time to market » de 6 mois maximum afin de confronter rapidement le produit au marché, un produit software avec un usage B2B, B2B2C ou B2C. Dans un autre registre, la startup doit être en mesure de générer suffisamment de chiffre d’affaires pour prévoir un horizon de rentabilité sous 2 à 3 ans et éviter d’avoir besoin d’investisseurs pour survivre. Nous mobilisons nos réseaux d’investisseurs aux moments clés du cycle de vie de l’entreprise.


Qui sont vos partenaires sur le volet « investissement » ?

Nous avons noué un partenariat avec France Angels, le plus important réseau de business angels en France. Nous travaillons aussi avec les acteurs du capital risque (VCs, Family Offices) dans les tours de table plus élaborés post-seed. A Dubaï, où nous disposons d’un bureau, nous travaillons en étroite collaboration avec Yvolv, une joint-venture dédiée à la création et au développement de startups, créée par Alibaba et Meraas (holding de la famille royale).


Vos projets à court terme.

Jusqu’à présent, nous avons surtout travaillé avec des startups françaises mais nous nous ouvrons à l’international avec des premiers dossiers en Grande-Bretagne et surtout à Dubaï. L’ambition est d’accélérer notre déploiement, notamment au Moyen-Orient et en Asie. Avec différents partenaires, nous réfléchissons aussi à la création d’un micro fond d’investissement pour financer les sociétés en amorçage.


BLACKSMITH est une jeune entreprise qui aide les startups à éclore via une approche innovante à 360°. Toutes les précisions avec Alexandre Pereira, président et cofondateur de BLACKSMITH.

photo de Alexandre Pereira Alexandre Pereira président et cofondateur

regardez notre video

Nous Contacter