image de l'annonceur actronika

Do it sense it

Présentez-nous Actronika.

Actronika est une start-up, créée en 2015, par trois associés, deux chercheurs Rafal Pijewski et Vincent Hayward qui est le grand spécialiste français de la recherche dans le domaine de l’haptique (science du toucher) et moi-même qui suis un serial entrepreneur dans les technologies. L’entreprise est une spin-off du laboratoire de Vincent Hayward qui est professeur à l’Université Pierre et Marie Curie, à Paris. Nous avons développé une plateforme innovante qui repose sur un logiciel et des mini actionneurs vibrotactiles, permettant d’ajouter des sensations tactiles à n’importe quels objets réels ou virtuels. Par exemple, si vous tenez un verre d’eau vide et que sur un écran vous visualisez un verre se remplir d’eau, vous avez la sensation que votre verre se remplit alors qu’il reste vide.


Vous pouvez nous donner des exemples d’applications ?

Le champ des applications est colossal puisque nous enrichissons l’interface homme/machine. Avec la sensation de toucher nous apportons la brique jusqu’alors manquante. L’univers médical, le e-gaming et tout ce qui touche à la réalité virtuelle, notamment les loisirs dits de « plaisir », sont autant de marchés qui viennent spontanément à l’esprit. Mais cela va bien au-delà. Par exemple, nous travaillons déjà pour un fabricant de casques audio. En équipant les arceaux de ses écouteurs avec notre solution, nous allons pouvoir créer des sensations dans la boite crânienne afin d’obtenir une qualité acoustique encore jamais atteinte.


Quelle est votre stratégie en matière de commercialisation ?

Au départ, nous sommes allés frapper aux portes pour présenter notre produit. Mais force est d’avouer que nous sommes déjà très sollicités par de grands groupes français, allemands, asiatiques et américains, notamment de la Silicon Valley, désireux de se doter d’une technologie de pointe qui va leur permettre de se différencier sur leur marché. Nous comptons déjà une dizaine de grands comptes dans des secteurs comme l’automobile, le médical, la publicité virtuelle, la formation, notamment. La société connait un formidable démarrage.


Quelles sont vos priorités pour 2017 ?

Après un premier tour de table qui nous a permis de lever 1,2 million auprès du fonds d’Amorçage Quadrivium1, géré par Seventure Partners et 400.000 euros auprès de la BPI, nous allons préparer une nouvelle levée de fonds en fin d’année. Nous allons également procéder à de nouveaux recrutements. Actronika emploie déjà 12 collaborateurs et l’ambition est de passer à 20 avant la fin de cette année. Nous sommes d’ailleurs en phase de recrutement. Nous travaillons également à l’enrichissement de notre plateforme avec de nouvelles fonctionnalités, notamment pour intégrer des sensations liées à un choc.



Fondée en 2015, Actronika est une start-up qui a développé une solution innovante permettant de créer la sensation du toucher dans des univers réels et virtuels. Les explications de Gilles Meyer, cofondateur et CEO.

photo de Gilles Meyer Gilles Meyer cofondateur et CEO

regardez notre video

Nous Contacter

Suivez nous sur les réseaux