image de l'annonceur treezor-com

Expert du paiement en B2B

Le lancement des solutions Treezor remonte à moins d’un an, peut-on déjà parler d’un pari réussi ?

C’est encore un peu tôt pour le dire. Les services financiers proposés par Treezor sont en adéquation avec les besoins de nos premiers clients. La phase réglementaire a été très longue. Avec nos six premiers clients et des prévisions de croissance fortes, nous affichons de belles perspectives dans ce secteur des Fintechs en pleine ébullition porté par la digitalisation des secteurs traditionnels. Nous sommes au début de l’histoire de Treezor, dans une phase où nous industrialisons notre modèle. Nous souhaitons que nos clients bénéficient de toute la richesse fonctionnelle de la plateforme en simplifiant au maximum le processus d’intégration. Les premiers retours d’expériences constituent d’ailleurs une source d’amélioration unique.


Parmi les solutions proposées par Treezor, il y a l’offre Wallets & Cards, de quoi s’agit-il ?

L’offre vise à fournir des fonctionnalités de core banking incorporables dans la chaîne de valeur de nos clients : émission de cartes de paiement, de wallets, d’IBAN, etc. Treezor a la spécificité de maîtriser tous les métiers de la chaîne, en tant qu’établissement de monnaie électronique relié à MasterCard et au réseau SEPA. A titre d’exemple, nous travaillons actuellement avec un partenaire qui développe un produit de gestion des dépenses professionnelles par carte. Le client s’appuie sur la plateforme Treezor pour répondre aux exigences fonctionnelles et réglementaires indispensables, ce qui lui permet de se concentrer sur le marketing produit et les services additionnels qui détermineront la réussite de son projet. Treezor propose également une offre de paiement pour les e-commerçants et marketplaces ainsi qu’une solution de paiements collectifs (cagnottes). Nous nous adressons à toutes les entreprises, quelle que soient leur taille et leur secteur d’activité.


Quels sont les axes de travail privilégiés par Treezor pour 2017 ?

La sécurité est un enjeu majeur pour Treezor. Nous travaillons actuellement sur un projet innovant de machine learning dédié à la lutte contre le blanchiment d’argent. Ce sont des algorithmes qui vont analyser les transactions en masse, afin de détecter de probables opérations à risque. Nous avons donc l’ambition de poursuivre l’enrichissement technologique de la plateforme pour asseoir le caractère innovant de notre offre. Bien évidemment, notre ambition réside avant tout dans le développement de notre portefeuille de clients, en France comme à l’international.

Start-up française unique du secteur du paiement, Treezor propose une offre de type «Bank-as-a-service». Lancée en 2015, la Fintech traite déjà plus de 50 millions de transactions par an. Entretien avec Grégoire Bourdin, son président.

photo de Grégoire Bourdin Grégoire Bourdin, président

Nous Contacter

Suivez nous sur les réseaux