image de l'annonceur global-ecopower

Le photovoltaïque, l'éolien et maintenant le biogaz-biométhane

Quel est le coeur de métier de Global EcoPower ?

En 2004, j'avais pris les rênes de Théolia, producteur indépendant d'éolien, avec une capitalisation de 3 à 4 M€. Lorsque j'ai décidé de démissionner de Théolia, elle avait été capitalisée à plus d'1 Mrd€. En 2009 et après ma démission, j'ai décidé de créer Global EcoPower avec l'ambition de nous positionner sur l'ensemble des énergies renouvelables : photovoltaïque, éolien et biogaz. D'où le nom "Global EcoPower". Nous avons commencé avec le photovoltaïque en construisant deux centrales : des serres de 60.000 m2 (environ 3,4 MWc) près d'Angers et une friche militaire réhabilitée de 5,5 MWc en Normandie. En 2012, nous avons commencé à construire quatre centrales éoliennes de 10,25 MW à 22 MW. Les centrales photovoltaïques et éoliennes étaient vendues à un fonds allemand dans le cadre de contrats clés en mains.


Pour quelle stratégie avez-vous opté ensuite ?

Ces opérations nous ont permis de renforcer nos fonds propres et de financer nos opérations. Nous avons donc monté les financements pour la construction de centrales que nous pourrions revendre une fois mises en service. Deux parcs éoliens ont été construits et revendus au fond allemand LHI. Fin 2015, nous avons fait l'acquisition d'une société, Sénergies, dont le métier est l'électricité et la construction de centrales photovoltaïques. Notre équipe de 12 ingénieurs s'est ainsi renforcée d'une cinquantaine de techniciens et ouvriers. Simultanément, nous avons développé l'international. Aujourd'hui nous avons créé des sociétés à Puerto Rico, au Maroc et en Grèce et devons prendre le contrôle d'une société au Brésil. Nous avons également un partenariat avec le portugais Jayme Da Costa pour les études et l'approvisionnement. JDC étant une référence mondiale dans la construction de centrales éoliennes et photovoltaïques.


Votre nouveau levier de croissance c'est le biogaz et le biométhane ?

Oui, c'est la troisième filière de l'entreprise. Une technique que je connais bien. Aujourd'hui, nous nous lançons sur le marché de la construction de centrales biogaz ou biométhane, notamment avec les résidus agricoles ou agro-alimentaire. Ces installations favorisées par le gouvernement, permettent de valoriser ces résidus. Nous prévoyons la construction de centrales en injectant directement le gaz produit à un fournisseur de gaz ou l'électricité produite à EDF.

Positionné sur le marché de la construction de centrales photovoltaïques, éoliennes et biogaz-biométhane, et avec 26 M€ de chiffre d'affaires pour l'exercice 2015, Global EcoPower connaît une croissance fulgurante de plus de 60 %. Jean-Marie Santander, un des co-fondateurs et PDG, prévoit d'atteindre 120 M€ de chiffre d'affaires en 2017. Il explique comment.

Jean-Marie Santander Jean-Marie Santander, co-fondateur et PDG

regardez notre video

Nous Contacter

Suivez nous sur les réseaux